Tristane Banon Marc Menant Épouse

Répandez l'amour du partage
Tristane Banon Marc Menant Épouse
Tristane Banon Marc Menant Épouse

Tristane Banon Marc Menant Épouse – Née à Neuilly-sur-Seine le 13 juin 1979, Tristane Banon est une écrivaine française connue pour ses romans, ses nouvelles, ses essais, son journalisme et ses chroniques.

Sphères privées et domestiques

Tristane Banon est née le 13 juin 19794, dans un hôpital parisien géré par des Américains. Lorsqu’elle était jeune, elle était connue sous le nom de Marie-Caroline 3. Ses parents sont l’homme d’affaires franco-marocain Gabriel Banon et la femme politique française Anne Mansouret, d’origine iranienne et belge.

La mère, une entrepreneure prospère à son époque, a engagé une baby-sitter pour s’occuper de ses trois jeunes filles. Trois et six ans, la nounou est agressive et ivre. En 2004, le premier roman de Tristane Banon, “J’ai oublié de la tuer”, retracera son éducation trouble. A la 7ème Ecole Internationale Bilingue, elle étudie les langues. Elle a commencé son rôle de fille au pair à l’âge de quatorze ans.

Après avoir fréquenté l’École de journalisme de Paris (« ESJ Paris ») pendant trois ans, elle obtient son diplôme en 2000. Elle fait ses débuts dans le secteur en tant qu’indépendante, travaillant pour des publications telles que Le Figaro 6 et 9 et le magazine Paris Match.

L’un de ses pseudonymes est Tristane, qu’elle a utilisé lorsqu’elle a commencé à publier

Elle a accueilli son premier enfant, une fille nommée Tanya, au monde en 2015. Dans les chapitres 11 et 12 de son livre Prendre un papa par la main, elle décrit la naissance de cet enfant. Le 30 juin 2018, elle épousera Pierre Lefèvre, qui est le père adoptif de Tanya, 14 ans, et le frère de l’ancienne miss météo Pauline Lefèvre. En 2020, elle a accueilli un fils, Ethan, âgé de quinze ans, marquant son deuxième enfant.

L’essai rassemble les « aveux » des erreurs commises par ces hommes. La même année, elle écrit la courte pièce Noir délire, inspirée par la représentation par Bertrand Cantat du féminicide de Marie Trintignant. Bordel, revue littéraire réalisée par Frédéric Beigbeder et Stéphane Million, présente son œuvre dans sa deuxième édition.

Tristane Banon Marc Menant Épouse

Les Éditions Flammarion en sont l’éditeur. Le premier roman autobiographique de Tristane Banon, J’ai oublié de la tuer, est sorti chez Anne Carrière en septembre 2004. Flore est une jeune fille dont la nounou alcoolique et agressive la bat régulièrement lorsque sa mère n’est pas là. C’est la façon dont le roman aborde la question de la maltraitance des enfants. Au Festival du Premier Roman de Chambéry 2005-18, ce roman a été choisi.

Faites-moi votre déclaration : les 10 droits de l’enfant, un recueil de nouvelles sorti aux éditions Belem en novembre 2005, bénéficie à l’Unicef et elle participe à cette édition. Chacun des dix droits de l’enfant est représenté dans cette compilation par les histoires écrites par dix auteurs différents.

Pour la préface, c’est Patrick Poivre d’Arvor qui s’est chargé de la réalisation. Jeune femme ambitieuse et mondaine évoluant dans les milieux littéraires parisiens, elle endosse le personnage de Flore dans son deuxième roman Trapéziste, publié chez Anne Carrière en septembre 2006. Papa Frénésie, son troisième roman, sort aux Éditions Plon en 2008. Note 1 : L’année suivante, Tristane Banon signe la préface du roman dramatique de Sonia Vandoux Elle ne revient pas ce soir…

Le Bal des hypocrites, qu’elle publie en 2011 aux côtés d’Au Diable Vauvert, est sa vision de « l’affaire DSK » 20. Tiré à 40 000 exemplaires, ce livre a reçu le Prix Spécial du Salon des Dames de Nevers, qui récompense « le écrivain qui a marqué l’année”, le 24 mars 2012. Il s’agit d’une compilation de 25 lettres qu’elle a écrites à des personnages célèbres dont œuvres qu’elle admire.

Son dernier livre, Prendre un papa par la main, paraîtra chez Robert Laffont 11 le 4 janvier 2018. Dans ces mémoires, elle détaille sa propre grossesse et les mois qui ont suivi.

Les média

En avril et juin 2007, Tristane Banon, en plus de son travail d’écrivain, rejoint l’équipe du journaliste sportif Eugène Saccomano sur l’émission de télévision et de radio LCI et RTL 26 On refait le match. Le blog des 15 ans 27 (11 février 2007 – 5 janvier 2009) l’a engagée comme journaliste à l’occasion du 15e anniversaire de Disneyland Paris.

Elle a travaillé pour Cherche midi comme directrice de collection de 2009 à 2010, mais son contrat a été résilié en 2010, pages 28 et 29. Elle traduit l’éditeur devant les prud’hommes 30, où elle accuse Dominique Strauss-Kahn d’être le responsable de son Licencier. Le site Atlantico 6 présente également le travail de Tristane Banon.

En hommage à la Journée de la femme en mars 2011, elle dresse un portrait d’hommes en tdans les années 2000, soulignant que beaucoup d’entre eux agissent de manière classiquement féminine et suggérant la création d’une Journée de l’homme. Le 17 décembre 2011, elle commence à écrire pour Ça balance à Paris, diffusé sur Paris Première. Dans l’émission Les Affranchis de France Inter 33, animée par Isabelle Giordano, elle commence ses chroniques le 9 février 2012.

Elle rejoint l’émission de radio d’Olivier Daudé. , Un Soir à Paris 34, comme chroniqueur sur France Bleu le 4 septembre 2013. Le mercredi à 21h25, Tristane Banon lit une déclaration d’amour ornée de poésie, de style, de sons et de musique dans sa chronique Les Magnifiques. Dans L’Agenda Culturel 36, elle discute de films, pièces de théâtre, romans, DVD et émissions de télévision tous les vendredis à la même heure.

L’incident impliquant Dominique Strauss-Kahn

Malgré ses affirmations selon lesquelles ces incidents constituent une tentative de viol, le parquet a rejeté son dossier. En 2006, elle fait pour la première fois référence aux faits dans un cadre public sans évoquer Dominique Strauss-Kahn. C’est notamment le cas dans le livre Sexus Politicus de Christophe Dubois et Christophe Deloire, et elle fait également l’objet du dernier chapitre du Roman Vrai de Dominique Strauss-Kahn de Michel Taubmann (biographie autorisée de l’homme politique.

Lors de l’édition 2007 de l’émission télévisée 93, Faubourg Saint-Honoré, elle a détaillé ces activités agressives ; Malheureusement, l’animatrice Dominique Strauss-Kahn a vu son nom censuré. Alors que Dominique Strauss-Kahn fait face à des accusations d’agression sexuelle aux États-Unis, ce témoignage devient marquant le 15 mai 2011.

Le même jour, la mère de Tristane Banon, Anne Mansouret, déclare que sa fille l’a immédiatement informée de l’agression sexuelle ; elle regrette de l’avoir dissuadée de porter plainte et témoigne des conséquences psychologiques pour Tristane ainsi que des difficultés qu’elle aurait rencontrées dans sa carrière du fait de cette affaire impliquant une “personnalité éminente”.

Le 20 mai 2011, l’avocat de Tristane Banon, David Koubbi, a déclaré que sa cliente envisageait de poursuivre Dominique Strauss-Kahn en justice, mais qu’elle ne le ferait pas tout de suite car elle et son client ne voulaient pas être « instrumentalisés » par la justice américaine. Il y nie les faits que Tristane Banon lui reproche, qualifie la scène racontée par Banon d’« imaginaire » et affirme que l’entretien s’est déroulé normalement.

L’avocat de Tristane Banon, Dominique Strauss-Kahn, doit faire face à des accusations de tentative de viol le 4 juillet 2011. Le parquet de Paris a reçu sa plainte le lendemain et a choisi d’ouvrir une enquête préliminaire le 8 juillet 2011. Même s’il n’a jamais donné suite à son projet, Dominique Strauss-Kahn avait déjà fait part de son intention de porter plainte pour propos diffamatoires.

Aurélie Filippetti et François Hollande ont été interrogés tout au long de l’enquête, et Alex-Serge Vieux, propriétaire de l’appartement où s’est déroulée la rencontre litigieuse, a témoigné que Dominique Strauss-Kahn y résidait à l’époque. Vingt et un jours après son retour en France, le 12 septembre 2011, les enquêteurs61 ont reçu le témoignage de Dominique Strauss-Kahn.

Ses démentis concernant les tentatives de viol et l’aveu d’une tentative infructueuse d’embrasser les 60 ans de Tristane Banon ont été rapportés par L’Express. Sans la présence de leurs avocats, Tristane Banon et Dominique Strauss-Kahn s’affrontent le 29 septembre 2011 à la Brigade de répression de la délinquance personnelle de Paris, où soixante-deux personnes regardent les deux hommes présenter leurs histoires.

Le même soir, elle évoque l’altercation au JT de TF1 63 de 20 heures. Dans cette affaire, le parquet de Paris rejette la plainte de Tristane Banon, estimant ne pas disposer d’éléments suffisants pour engager une procédure pour “tentative de viol”. Le tribunal reconnaît que les faits allégués et ceux reconnus par Dominique Strauss-Kahn “peuvent être analysés comme un délit d’agression sexuelle” et sont soumis au délai de prescription de trois ans en matière délictuelle.

Tristane Banon Marc Menant Épouse
Tristane Banon Marc Menant Épouse
Sharing Is Caring:

Leave a Comment

error: Le contenu est protégé !!