Sylvain Anquetil Maladie

Répandez l'amour du partage
Sylvain Anquetil Maladie
Sylvain Anquetil Maladie

Sylvain Anquetil Maladie – C’est avec une profonde tristesse que nous avons appris le décès de Sylvain Anquetil après une longue maladie. Il était l’ami de 47 ans de la fille de Régine Rouque et le neveu d’Arnaud Anquetil, président du Tour de Normandie. Sa première licence lui vient du VC Yvetot. Prometteur car à dix-sept ans il compte déjà douze titres, quatre champions de France (route et piste), un record de France, et deux sélections pour le championnat du monde.

Il a fait un travail remarquable en défendant les drapeaux de l’US Sainte-Austreberthe Pavilly alors qu’il servait sous les ordres de Jackie Tiphaigne. Il remporte le Maillot Départemental Jeunes de Montivilliers 1996. Ayant remporté son premier titre régional au niveau cadet, il s’est rapidement imposé comme une force dominante sur le circuit en attaquant tôt et en réalisant une course unique spectaculaire.

La transition vers le statut senior sera un défi pour lui cette année. C’est sa première victoire au classement général, mais c’est aussi sa première victoire en première division. Il était toujours très motivé, alors à 40 kilomètres de l’arrivée, il a pris la décision de prendre la tête. Si cela se produit, personne ne pourra l’arrêter.

A deux kilomètres du filet, sur la Côte de l’Enfer, il a dépossédé Gaétan Sécher (VC Saint-Lô). Mais là où il espérait, lorsqu’il roulait pour le Bataillon de Joinville, une année couronnée de nouveaux succès, il se trouve désormais sur un chemin semé d’embûches, et ce, même s’il a toujours la confiance du sélectionneur national après avoir disputé avec les Bleus dans le Tour de la Côte Picardie.

Il réitère son triomphe de 1999 aux Boucles de l’Austreberthe et ajoute une autre victoire aux Boucles de l’Eure. Une année, il passe à deux doigts de remporter une étape du Tour de l’Avenir. chance pour lui d’agir conformément à son penchant naturel pour l’exploration. Utilisant le courage de ses 23 ans, il s’est faufilé dans la bonne échappée qui a finalement pris une avance de 16 minutes. Puis, à Castelsarrasin, il sort vainqueur de l’incendie cramoisi.

Il n’a pas pu battre le quatrième coureur du classement général et vainqueur d’étape Alexandre Chouffe. La voie vers une équipe professionnelle lui aurait peut-être été ouverte avec une victoire, mais cela ne s’est pas passé ainsi. En tant que membre du VC Rouen 76, il clôturera sa carrière avec plusieurs victoires notables, dont le critérium de Pont-Audemer et le Grand Prix de Gerponville.

DE NOMBREUX DOSSIERS EN BANQUE

Il est champion d’athlétisme et a remporté des médailles aux niveaux national et provincial. Avant toute chose, nous avions remporté deux championnats de France consécutifs de poursuite par équipes Elites. Le premier a été publié en 1996 par Cyril, Reynald Bos et Samuel Renaux, après de nombreux efforts d’un groupe de copains soudés.

Après cinq années supplémentaires, une nouvelle équipe composée de Cyril Bos, Fabien Merciris et Benoît Genauzeau se forme. Deux ans après avoir terminé pour la première fois sur le podium, à la troisième place, lui et Laurent Genty remontent en tête du classement en remportant la médaille d’argent à l’Américaine (1999).

Sylvain Anquetil est décédé à l’âge de 47 ans des suites d’une longue maladie, et nous venons d’apprendre la nouvelle avec regret. Après avoir été trois fois champion de France cadets, vainqueur de la Route de l’Avenir et sixième du championnat du monde junior sur route, il entre dans la première catégorie avec une réputation de coureur brillant.

Sylvain Anquetil Maladie

Extrêmement prometteur, puisqu’à 17 ans, il avait déjà remporté 12 titres, quatre championnats de France (route et piste), établi un record de France et été sélectionné pour deux championnats du monde. Avec Jackie Tiphaigne aux commandes, il a fait un travail remarquable en protégeant le drapeau Pavilly/Barentin.

En 1996 déjà, il s’était illustré dans la région de Montivilliers au concours départemental Maillot Jeunes. L’année suivante, il remporte les Boucles de l’Austreberthe après avoir dépassé Gaétan Sécher (VC Saint-Lô) à deux kilomètres de la ligne d’arrivée. C’est sa première victoire au classement général, mais c’est aussi sa première victoire en première division.

Personne ne pouvait le voir sprinter et rester de marbre. Vendredi 20 octobre, Sylvain Anquetil, 47 ans, est décédé des suites d’une longue maladie. Il semblait que rien n’était hors de portée de Sylvain Anquetil. Le style, le charisme ou les capacités ne manquent pas. Ses capacités physiques exceptionnelles et son expérience apparente de la course l’ont aidé à accumuler un record dans les catégories juniors de son sport de prédilection, le cyclisme.

Sylvain Anquetil, formé à l’école Jackie Tiphaigne au sein de l’Union Sportive Sainte-Austreberthe Pavilly Barentin, n’avait pas de blod est lié à Jacques Anquetil, quintuple vainqueur du Tour de France, même si Jacques Anquetil avait étudié comme “Maître Jacques” en Haute-Normandie et était passionné par l’effort individuel. Authentique.

Champion de France de football cadets 1992

Premier prodige, champion de France cadets en 1992 et vainqueur régulier chez les juniors, Sylvain Anquetil aimait le défi du contre-la-montre et n’était pas étranger aux émotions de la piste. Être un bon chasseur, surtout en équipe, grâce à son immense générosité, était son activité favorite.

Le cycliste excentrique qui a terminé sixième aux championnats du monde juniors il y a 30 ans en Australie puis a participé au Tour de l’Avenir est un ancien huit fois champion de France sur piste et 52 fois champion de Normandie. Lorsqu’il était en Elite, il a porté les couleurs du VC Rouen au plus haut niveau du cyclisme amateur, la DN1, mais il n’a jamais trouvé sa place ni découvert le cyclisme qui lui tenait vraiment à cœur.

Sylvain Anquetil était un perfectionniste avec une vision idéalisée de sa fougue. Il a participé à plusieurs reprises au Tour de Normandie, organisé par la famille de sa future épouse Émilie. Malgré sa santé dégradée, il a insisté pour assister l’année dernière au premier Tour de Normandie réservé aux femmes professionnelles.

C’est avec une grande tristesse que nous apprenons le décès de cet homme exceptionnel; il était à la fois sympathique et perspicace, et sa perte est un coup dur pour le cyclisme en Normandie. Chez Ouest-France, nous exprimons nos plus sincères condoléances à sa famille et à ses amis. Nos amis et voisins de Paris-Normandie nous ont annoncé la nouvelle mercredi : Sylvain Anquetil est décédé à l’âge de 47 ans après un long combat contre la maladie.

Au début de sa carrière, Sylvain Anquetil était perçu comme un jeune cavalier potentiel s’il poursuivait. Très encourageant compte tenu de ses perspectives d’avenir à un si jeune âge (12 titres, 4 champions de France (route et piste), 1 record de France, 2 sélections pour le championnat du monde).

Mais il n’a jamais pu suivre une formation formelle et a terminé sa carrière sous les couleurs du VC Rouen. Sur la piste, il a remporté plusieurs championnats et s’est classé très bien aux niveaux régional et national. Le décès de Sylvain Anquetil, membre du comité d’organisation du Tour de Normandie, nous a été annoncé samedi. En compagnie de la fille de Régine Rouque et de la nièce d’Arnaud Anquetil, toutes deux trésorières et présidentes de l’événement normand, il s’est éteint à l’âge de 47 ans des suites d’une longue maladie.

Malgré un talent évident, Sylvain Anquetil (aucun lien de parenté avec le grand Jacques Anquetil) n’a pas réussi à percer dans le circuit cycliste professionnel malgré une carrière de jeunesse prometteuse qui l’a vu terminer sixième de la course sur route aux Championnats du monde juniors de 1993 et quatrième d’une étape de le Tour de l’Avenir 1999. Il s’est fait connaître dans sa région en grande partie grâce à ses 52 victoires en championnat de Normandie.

Il semblait que rien n’était hors de portée de Sylvain Anquetil. Le style, le charisme ou les capacités ne manquent pas. Ses aptitudes physiques impressionnantes et sa connaissance apparente de la course automobile l’ont aidé à établir un palmarès brillant dans les jeunes divisions de la course moto.

Sylvain Anquetil, qui a étudié auprès de “Maître Jacques” en Haute-Normandie à l’école Jackie Tiphaigne au sein de l’Union Sportive Sainte-Austreberthe Pavilly Barentin, n’avait aucun lien de parenté avec Jacques Anquetil, quintuple champion du Tour de France. Il prenait un grand plaisir à travailler seul. Authentique.

Champion de France de football cadets 1992

Jeune prodige, champion de France cadets en 1992 et vainqueur facile même chez les juniors, Sylvain Anquetil aimait les contre-la-montre et avait participé à de nombreuses compétitions d’athlétisme. Il aimait chasser car c’était son activité physique préférée, et il y excellait particulièrement lorsqu’il faisait partie d’une équipe.

Cette monture diversifiée a brillé aux championnats du monde juniors il y a 30 ans, se classant sixième en Australie, puis a participé au Tour de l’Avenir. Alors qu’il courait pour le VC Rouen en DN1, le plus haut niveau chez les amateurs, il n’a jamais trouvé sa place ni découvert le cyclisme qui était dans son sang. Sylvain Anquetil était un perfectionniste avec une vision idéalisée de sa fougue.

Il a participé à plusieurs reprises au Tour de Normandie, organisé par la famille de sa future épouse Émilie. Malgré sa santé dégradée, il a insisté pour assister l’année dernière au premier Tour de Normandie réservé aux femmes professionnelles.

Sylvain Anquetil Maladie
Sylvain Anquetil Maladie
Sharing Is Caring:

Leave a Comment

error: Le contenu est protégé !!