Mentissa Origine De Ses Parents

Répandez l'amour du partage
Mentissa Origine De Ses Parents
Mentissa Origine De Ses Parents

Mentissa Origine De Ses Parents – Mentissa Aziza, de son nom complet, est originaire de la commune belge de Denderleeuw. Elle a toujours été fascinée par le monde du spectacle, du cinéma et de la presse. Elle espère poursuivre une carrière dans la danse et éventuellement dans le cheerleading.

L’émission « Glee » a inspiré son intérêt pour le chant et l’industrie musicale alors qu’elle n’avait que 12 ans. Ses premiers pas devant la caméra remontent aux années 2010, lorsqu’elle concourait sur “The Voice Kids Belgium” et “The Voice” aux Pays-Bas. Après avoir terminé ses études, Mentissa a obtenu un poste en service à la clientèle.

Des premiers pas convaincants dans l’émission “The Voice”

Mentissa auditionne pour la dixième saison de « The Voice » en 2020 et 2021, les yeux bandés. Une fois de plus, nous nous retrouvons en France. Elle embarque dans l’expédition avec un ami, Youssef Zaki. La chanteuse a fait ses débuts publics en chantant “New Rules” de Dua Lipa au piano. Elle a séduit d’emblée les juges qui ont fait progresser l’artiste Vianney dans le concours.

Elle a battu Stellia Koumba en chantant “Freedom” de Beyoncé. Elle montre également sa capacité à basculer entre différents registres de chant comme le rap ou la pop. En matière de musique, Mentissa est aussi à l’aise pour chanter en anglais qu’en français. Elle a choisi “Un Point c’est toi” de Zazie pour les huitièmes de finale. Elle se lance ensuite dans sa propre interprétation du “Chandelier” de Sia pour le Cross-Battle.

De plus, le succès existe. Grâce à cela, il peut se qualifier pour les demi-finales de l’émission. Elle est devenue populaire après avoir chanté avec conviction “Pour ne pas vivre vivant” de Dalida. Dans la scène culminante, Mentissa interprète une version de “We Are the World” de Michael Jackson. Mais lors de la finale de “The Voice” contre Marghe Davico et Jim Bauer, elle a été éliminée au premier tour.

Mentissa Origine De Ses Parents

Un premier album de Mentissa

Reprenant “Parce que c’est toi” d’Axelle Red pour l’album “N’attendons pas” en 2020, Mentissa chantait en chœurs aux côtés de Vianney. L’année suivante, Vianney crée et écrit la chanson “Et Bam!” pour Mentissa. Hors compétition, elle le chante dans l’émission « The Voice, la suite ». La version single du titre est sortie en 2021, et ce fut un succès instantané. Mentissa a signé avec le label “Tôt ou tard” de Vianney en octobre 2021.

Mentissa sort son premier album studio

Suite à la popularité de « Et Bam ! », Mentissa a publié en novembre 2022 son premier album complet, « La Vingtaine ». Elle était également en lice pour la « Révélation francophone de l’année » lors de la 24e édition des NRJ Music Awards.

Collaborations et tournée réussies de Mentissa

Mentissa a également sorti les morceaux “Attendez-moi” et “Balance” en single cette année-là. Il les a également inclus sur son album studio “La Vingtaine”. Il en résulte deux apparitions majeures en guest : “Pardon” avec Molitor et “Ils rêvent” avec Tarik. La chanteuse belge lancera sa première tournée de concerts au cours de la nouvelle année 2023. Elle partage également des détails personnels sur sa vie, ses objectifs et sa carrière musicale sur ses différents profils de réseaux sociaux.

Le nouveau partenariat Vianney

Ils sont toujours ensemble et ne se séparent jamais. Une nouvelle fois, “Mamma Mia” met en avant les talents artistiques de Vianney, après “Et Bam” et “Balance”, et s’offre aux fans de Mentissa sous la forme d’un tout nouveau single inédit. L’objectif du chanteur en écrivant cette chanson sur le chagrin et la tromperie est d’inspirer les auditeurs à continuer même lorsque les choses se compliquent et à trouver la force de se relever. Le clip “Mamma Mia” a été vu plus d’un million de fois sur YouTube en quelques jours seulement.

BIOGRAPHIE

Mentissa Aziza, née en Belgique, participe à la dixième saison de The Voice. Mentissa a toujours été attirée par le domaine du 7ème art et, à l’âge de 12 ans, elle a pris la décision de poursuivre une carrière dans la musique. Cela signifie qu’elle participera à la fois à la version belge pour enfants de The Voice et à la version néerlandaise de The Voice. Elle a retenté sa chance et a été acceptée aux auditions à l’aveugle de The Voice en France, où elle a concouru aux côtés de sa meilleure amie.

Les quatre membres du jury se sont retournés lorsqu’elle a interprété une version différente de New Rules de Dua Lipa lors de son audition. Elle décide de travailler aux côtés de Vianney. La jeune chanteuse a passé tous les tests jusqu’en demi-finale, où elle a interprété “Pour ne pas vivre vivant” de Dalida.

Grâce à ses efforts, elle s’est qualifiée pour la finale du 15 mai. Jim Bauer, Marghe Davico et Cyprien Zeni sont ses adversaires. Mentissa est une dramaturge, compositrice et chanteuse belge. Elle a participé à la saison 10 de The Voice en 2021. Son mentor Vianney l’aide avec la chanson Et Bam.

Origine

Mentissa est originaire de Denderleeuw, en Belgique. Mentissa Aziza est la forme complète de son nom. Elle a toujours été fascinée par les industries du cinéma et des médias, et ce depuis ses premiers souvenirs. Elle aspire à gagner sa vie en tant que danseuse ou pom-pom girl. Elle a regardé la première saison de “Glee” quand elle avait 12 ans et a immédiatement développéed un profond intérêt pour le chant et l’industrie de la musique.

Elle a fait ses débuts à la télévision dans les années 2010, en se produisant respectivement dans “The Voice Kids Belgium” et “The Voice” aux Pays-Bas. Après avoir terminé ses études, Mentissa a trouvé du travail dans le service client. Sa taille est de 1,63 mètres. Exactement 55 kg.

L’ère de Mentissa

Le 4 avril 1999, Mentissa est née. En 2023, elle aura 24 ans. Sophie Bredier, née en Corée du Sud et adoptée par un couple français à l’âge de quatre ans, a réalisé de nombreux documentaires sur le thème de l’abandon d’enfants. Elle donne la parole aux enfants abandonnés qui ont rencontré un ou plusieurs de ceux dont ils sont issus après avoir questionné la réminiscence des origines (dans Nos Traces Silencieuses, réalisé avec Myriam Aziza en 1998), recherché ses parents biologiques (dans Séparés, également réalisé avec Myriam Aziza, en 2000), et le questionnement sur ce que l’on transmet lorsqu’on est parent (dans Corps étranger, en 2004).

Expliquez le rôle que joue La Tête de mes parents dans votre œuvre de documentariste

Je suis fréquemment interrogé sur mon état émotionnel dû à la perte d’un parent. J’ai du mal à exprimer que la porte s’est fermée lorsque d’autres personnes répondent à ma place en prétendant que je dois ressentir une déficience. D’une manière ou d’une autre, après avoir regardé Separates (en 2000), j’ai pris ma décision. Si je ne renonçais pas à les retrouver, je passerais toute ma vie à essayer de les localiser.

Qu’est-ce que ça fait de retrouver enfin ses parents biologiques ? Je me suis demandé un jour. Demander aux gens que j’ai rencontrés : « Dites-moi ce que je ne vivrai jamais » était un thème courant. La manière dont la rencontre force l’idéal à entrer en collision avec le réel. Et comment une connexion se noue ensuite, voire pas du tout”. Comme le début d’une romance amoureuse, quand tout est “chabadabada” (parfait)…

Et puis, une fois que les façades s’effritent et qu’on apprend à se connaître un peu mieux, des amitiés se nouent ou non. Afin de découvrir les personnes dont les citations apparaissent dans votre film, avec combien de personnes avez-vous interagi ? Je ne sais pas si j’ai trente ou quarante ans. En écoutant leur récit, j’ai réalisé à quel point devenir psychothérapeute doit être un métier brutal.

Mais quand ils me l’ont dit, ils n’étaient pas toujours prêts à recommencer devant la caméra. J’ai donc dû suivre mon instinct et attendre pour commencer l’enregistrement jusqu’au moment où je savais qu’ils pouvaient parler librement en toute sécurité. Un jour, j’ai décidé d’arrêter les interviews, j’ai donc contacté ma productrice Muriel Meynard et je lui ai annoncé la nouvelle.

Il était clair que toutes les personnes filmées devaient jouer un rôle important. En conséquence, j’ai dû faire une pause. Il aurait été inhumain de ne pas en garder au moins un s’ils m’avaient fait don de leur témoignage et s’étaient donné tant de mal. Semblable à une trahison.

Quand et comment ont eu lieu ces discussions ?

Nous nous sommes réunis dans un appartement pour notre réunion. Lorsque nous nous rencontrions face à face, nous parcourions l’ensemble de l’événement du début à la fin. Ce que leur avaient fait la recherche, la frustration, les retrouvailles et enfin voir le visage de leurs parents… Ils ont eu tout le temps nécessaire pour s’exprimer et pour plusieurs d’entre eux, c’était la première fois qu’on leur accordait une telle attention.

Les entretiens duraient deux, trois, voire quatre heures. Aucune limite ne pouvait être fixée. Leur précision, ainsi que leur maîtrise des formules et des métaphores, nous étonnent. J’apprécie vraiment cet aspect de l’enregistrement des interviews. Cet être-là, cette intensité, est encouragé par le fait de savoir que cela ne se reproduira plus et que nous ne pouvons pas nous laisser tomber.

Parce que filmer est un dispositif très spécifique et artificiel, il n’y a que deux issues possibles : soit les gens sont tout le temps faux (dans un cas, j’ai compris qu’un des acteurs jouait le rôle), soit ils donnent tout, faisant preuve du courage et de la dignité qui m’ont inspiré à les surnommer « mes héros anonymes ».

J’ai entendu des histoires fantastiques. C’est étonnant ce que j’ai pu entendre et que je n’ai malheureusement pas capté lorsqu’une personne refuse l’appareil photo, je n’insiste jamais. J’envisage d’écrire un livre, une pièce de théâtre ou une pièce radiophonique à ce sujet. Après avoir appris que Marie-Nolle avait enfin localisé son père biologique, j’ai sondé son opinion à ce sujet.

Sa réponse a été frappante : “C’est comme un oignon. J’ai toujours été du genre à garder les choses basiques. Pas trop de larmes n’ont coulé. Cela ne peut plus arriver. J’ai épluché l’oignon pour le débarrasser de sa couche externe. C’est une idée fantastique, et j’adorerais voir une artiste fondre en larmes en racontant son anecdote personnelle : elle épluche un oignon sur scène.

Avez-vous déjà pensé en regardant une interview : « Hé, il raconte des histoires » ?

Oui, mais je pense que c’est ce qui me fascine le plus : la résilience de l’esprit humain. Le prequel de Nos Traces silencieuses, La Tête de mes parents, boucle-t-il la boucle ? Oui, à mon avis. Mes films ont pourtant été qualifiés de « marabout-bout-de-ficelle » par la productrice Muriel Meynard. Voulez-vous faire connaissance avec des gense via vos documentaires ? Il s’agit de se laisser incarner par la petite fille curieuse qui imagine un monde où l’on peut répondre à toutes ses questions, même si ce monde n’existe pas.

Mentissa Origine De Ses Parents
Mentissa Origine De Ses Parents
Sharing Is Caring:

Leave a Comment

error: Le contenu est protégé !!