Charlotte Matzneff Fille De Gabriel

Répandez l'amour du partage
Charlotte Matzneff Fille De Gabriel
Charlotte Matzneff Fille De Gabriel

Charlotte Matzneff Fille De Gabriel – L’écrivain Gabriel Matzneff est né à Neuilly-sur-Seine, en France, le 12 août 1936. Les prix Mottart et Amic de l’Académie française respectivement en 1987 et 2009, ainsi que le prix d’essai Renaudot en 2013 comptent parmi les distinctions littéraires décernées à cet auteur prolifique, qui a écrit une cinquantaine d’ouvrages.

Il a de nombreux fans dans les milieux littéraires et médiatiques, mais il est pour la plupart inconnu en dehors d’eux, malgré le fait qu’il parle ouvertement de ses relations sexuelles avec des mineurs dans quelques-uns de ses romans. La colère face à la prétendue tolérance de l’écrivaine dans les cercles culturels, politiques et médiatiques a éclaté fin 2019 lorsque la nouvelle de son livre de témoignage a été annoncée.

Vanessa Springora, qui avait 14 ans lorsque l’écrivain a commencé à avoir des relations sexuelles avec elle, était l’objet du litige. Ses éditeurs Gallimard, La Table Ronde, Léo Scheer, Stock, Payot, Jean-Claude Lattès ont cessé de commercialiser ses ouvrages après cet incident et les témoignages et révélations ultérieurs ont donné lieu à deux procédures judiciaires contre lui.

Formation, jeunesse et famille

Nicolas Matzneff (1904-1963) était un émigré russe arrivé en France après 1917 ; Eugénie Polak (1900-1988) était une juive russe déportée en 1944 ; et Gabriel Matzneff est né de Nicolas et Eugénie. Une éducation tumultueuse marquée par des conflits familiaux. Il garde des souvenirs vraiment pénibles de son enfance. Grandir dans une famille cultivée où il aurait rencontré des sommités comme Léon Chestov et Nicolas Berdiaev l’a exposé à la religion et à la littérature.

Il vécut un an à Gerson (1943-1944) et deux ans à Saint-Louis-de-Gonzague (1944-1946). De 1946 à 1952, il fréquente le lycée de Tannenberg et, à partir de 1952, il fréquente le lycée Carnot. Il s’inscrit à la Sorbonne en 1954 pour étudier la philosophie et les lettres classiques. En 1961, Gabriel Matzneff revient à Paris après avoir servi dans l’armée algérienne de 1959 à 1960.

Charlotte Matzneff Fille De Gabriel

Il commence alors à étudier le russe à l’Institut des langues orientales et devient finalement journaliste. Il rencontre Henry de Montherlant en juin 1957 et reste ami avec lui jusqu’au 21 septembre 1972, date à laquelle ce dernier se suicide. Leur amitié perdure malgré leurs désaccords. Lui et Jean-Claude Barat, qui était l’exécuteur testamentaire de Montherlant, répandirent ses cendres sur le Forum Romain et dans le Tibre dans la nuit du 21 au 22 mars 1973.

Bien qu’il n’ait rendu public son journal qu’en 1976, il avait commencé à le tenir le 1er août 1953. Dans le premier livre, il se présentait comme un « réfractaire », une personne qui adhère à l’individualisme et rejette les valeurs contemporaines.

Il se sent “un peu métique” et un peu isolé en tant que Français d’origine russe qui est un pédéraste (un amoureux des jeunes garçons au sens propre du terme, qui ne renonce ni aux femmes ni aux filles). En écrivant : « J’étais Athos, le grand seigneur misanthrope, secret, différent », il révèle sa véritable identité.

Métier en littérature

Le 17 décembre 1964, à Paris, il rencontre Hergé pour la première fois. Jusqu’au décès du père de Tintin en mars 1983, leur lien resta fort. Le Défi, recueil d’essais écrits par Gabriel Matzneff, est sorti en 1965. Écrit alors qu’il servait dans l’armée, son premier roman, L’Archimandrite, a été publié en 1966. Il est resté en Union soviétique et en République populaire de Pologne en avril 1967.

Le Liban, l’Égypte, la Syrie et la Libye faisaient partie des nombreuses destinations du Moyen-Orient qu’il a visitées dans les années 1970 et 1971. Du 25 avril au 15 juin 1968, il séjourne avec sa future épouse à Llafranc, en Catalogne. Patrick Devedjian, qui entendait « reprendre le flambeau de l’anticommunisme » avec un dossier intitulé « Où est la Russie ? », organisé par Kostas Papaïoannou, lance la revue Contrepoint en mai 1970 et participe à son deuxième numéro en 1970. .

“Le premier écrivain de sa génération”, tel était le qualificatif que lui donnait Pol Vandromme en 1974. Latiniste sauteur, intellectuel séducteur et diététicien métaphysique, c’est ainsi que Jean d’Ormesson le décrit dans son hommage. Philippe Sollers l’aide à entrer chez Gallimard en 1990, et cela est publié dans sa collection “L’Infini”. A compter de janvier 2020, Gallimard ne commercialisera plus de Carnets Noirs.

Alors qu’il était directeur de la publication de Combat, en octobre 1962, Philippe Tesson prend note de lui et lui propose de rédiger une chronique hebdomadaire à la télévision sur la page principale de Combat. Dès lors, Matzneff continue d’écrire des articles pour un large éventail d’organes de presse influents et idéologiquement divisés, parmi lesquels: Aux Listens, Notre République, La Nation française, Pariscope, Les Nouvelles littéraires, Matulu, Le Nouvel Adam, Le Quotidien de Paris, Le Figaro, Le Monde (de 1977 à 1982), Impact Médecin, Revue des Deux Mondes, Newmen, L’Idiot international, et Le Choc du mois.

Il a contribué sporadiquement au contenu du site Web du Point de 2013 à décembre 2019. La Nouvelle Librairie, une petite maison d’édition qui se présente comme « hussarde » et « identitaire de droite, patriotique » en politique, a accepté de publier le plus récent ouvrage de Matzneff, Derniers écrits avant le massacre, le 15 novembre 2022, selon la plupart des maisons d’édition.

l’a rejeté en raison de fortes accusations de maltraitance sur enfants. En raison de “menaces de mort” reçues par des salariés, la maison d’édition a déclaré le 24 octobre qu’elle abandonnait temporairement ce numéro.

Connexions et positions en politique

Dans ses chroniques et les volumes publiés de son Journal, Gabriel Matzneff affiche ses relations avec des personnalités politiques de tous bords. Il a rendu visite à Bertrand Delanoë, maire de Paris, dans les années 2000 et 2010, et a déjeuné avec Jean-Marie Le Pen en 2017. Matzneff est connu pour son tempérament mondain et son manque d’ancrage idéologique.

Faisant référence à François Mitterrand, il le qualifiait de « seul homme d’État de gauche » dans les années 1960. Il est l’un des signataires de l’appel « Les gaullistes dénoncent l’élection du Parlement européen au suffrage universel » publié dans Le Monde du 4 février 1976. Christopher Gérard, l’écrivain du mouvement, était membre de l’association des amis de Matzneff.

Alain de Benoist, directeur du GRECE, lui offre son soutien en 1986 après avoir généralement critiqué favorablement ses travaux. La revue Lutte du peuple de Christian Bouchet défendait la pédophilie de l’écrivain en 1996. Le mouvement bénéficie également du soutien de l’extrême droite, notamment du GRECE.

Avoir « le plus grand respect pour le ministre de l’Intérieur » et être « dévoué corps et âme à M. Sarkozy » ont été exprimés par lui dans une interview publiée dans L’Humanité en 2002. “Un président de la République peut avoir des goûts de luxe” et il fustige “les ploucs jaloux qui crient au haro” à propos du candidat à la présidentielle François Fillon, accusé d’avoir reçu en cadeau des costumes très chers.

Il profite de sa chronique du Point pour assurer son soutien à Fillon le 27 mars 2017. Mais en 2012 et 2017, Gabriel Matzneff avait déclaré son intention de voter pour Jean-Luc Mélenchon. L’année prochaine, en 2020, l’actrice et réalisatrice Charlotte Matzneff mettra en scène une nouvelle adaptation scénique des Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas et Jean-Philippe Daguerre. Elle évoquera également l’importance de la culture, en particulier pour les plus jeunes, et pourquoi il est crucial que les gens s’unissent.

Le théâtre est toujours d’actualité à notre époque, mais pourquoi ?

“Aujourd’hui” ne signifie plus ce qu’il était il y a quelques mois. Je ne pense pas que mon commentaire d’il y a un an, le lundi 28 décembre 2020, soit identique à celui-ci, même s’ils sont comparables. Les circonstances actuelles nous obligent à réévaluer nos priorités car elles sont déroutantes, floues et bouleversantes. Être né dans une nation démocratique n’a jamais été aussi une bénédiction qu’aujourd’hui.

Qu’elles soient justifiées ou non, les nombreuses restrictions à nos libertés imposées depuis le début de cette pandémie, notamment l’interdiction d’exercer notre profession pendant près de neuf mois, ont élargi ma perspective. Plutôt que d’affirmer que les arts du spectacle sont fondamentaux, je dirais que la capacité de s’unir dans la poursuite d’objectifs artistiques communs est primordiale.

Il n’y a rien de plus magique que d’assister à un spectacle live de n’importe quel type de musique : ballets, concerts de rock, concerts classiques, chorales ou théâtre. Tout comme il est ridicule de penser qu’un apéritif Zoom pourrait un jour remplacer un face-à-face entre amis, l’idée que regarder une émission sur Netflix seul à la maison pourrait un jour remplacer la connexion spirituelle que nous entretenons est également ridicule. quand le spectacle est en personne.

Rien ne peut remplacer ce qui est réel, « vivant », tangible et charnel. Dans un monde où les écrans et la distance règnent, c’est essentiel. Se protéger de la déshumanisation et de la robotisation est son objectif. Tout type de divertissement live offre une véritable évasion de l’isolement. Parce qu’il y a ces moments extraordinaires où toutes ces différentes sortes de créatures, du monde entier, reconnaissent enfin qu’elles partagent un point commun : le fait que nous respirons tous. Et l’homme qui trouve un esprit commun est la chose la plus émouvante.

Charlotte Matzneff Fille De Gabriel
Charlotte Matzneff Fille De Gabriel
Sharing Is Caring:

Leave a Comment

error: Le contenu est protégé !!